Il fût un temps où la marée remontait jusqu’aux portes de Niort. L'espace abandonné par l'océan au fil du temps, forme aujourd’hui une grande étendue plane, dont l'altitude de 0 à 8 mètres (la moitié du marais se situant à moins de deux mètres) est à un niveau intermédiaire entre celui des marées hautes et des marées basses...

Il se pourrait bien que nos errements fassent disparaître 2 000 ans de travail des hommes et des femmes qui vivent là ... que la mer reprennent ce que nous avons pris.

Ces arbres emporteront alors avec eux les colères du marais.

 

Olivier Pasquiers, photographe, membre de l'association "le bar Floréal. photographie"